Vagabonde

Eté, Partie I.

‘’Dès l’aube, j’étais dans l’eau, une eau fraîche et transparente où je m’enfouissais, où je m’épuisais en des mouvements désordonnés pour me laver de toutes les ombres, de toutes les poussières de Paris. Je m’allongeais dans le sable, en prenais une poignée dans ma main, le laissais s’enfuir de mes doigts en un jet jaunâtre et doux, je me disais qu’il s’enfuyait comme le temps, que c’était une idée facile et qu’il était agréable d’avoir des idées faciles. C’était l’été.’’

 

Françoise Sagan, Bonjour tristesse.

 

Juillet  aspire au premier break.

Sans organisation, ni planification.

Il se détache du temps.

Interrompt la boucle des pensées,

Pour se promener dans les saveurs.

Il laisse vaquer l’instinct,

À sa propre mesure,

Sans chercher à le retenir.


Par Lucile Pasquereau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *