Les femmes inspirantes de Lucile

Par Lucile Pasquereau


 

Mon premier souvenir de femme inspirante était Marie Curie.

Le fait était simple, j’étais à l’école primaire et mon école portait son nom.

Je me souviens dans le grand hall était encadrée une photo d’elle, en noir et blanc, souriante devant un microscope. Cette femme avait découvert le vaccin contre la rage, cela m’impressionnait. Le microscope en plus, j’adorais les sciences de la vie et je me rêvais biologiste, exploratrice, ethnologue. Mais déjà à l’époque, la science des mathématiques m’était bien obscure…

La période adolescente a eu ses raisons, la biologie n’était vraiment plus pour moi.

Mon intérêt se tourna vers la culture de la glisse. Ces femmes surfeuses, skateuses.

Ce n’était pas leur superbe plastique et leurs dents ultra blanches qui me laissaient songeuse. Ce qui me fascinait, c’était cette harmonie du corps avec la nature. Cette maîtrise et connaissance avec des éléments sauvages, instables. Chercher sans cesse le juste équilibre et s’en amuser. Faire des vagues, des alliées. Des figures de femmes libres et fortes dans un milieu qui était encore très masculin.

Mon regard s’est prolongé sur tout ce que proposaient la culture urbaine et les quelques femmes présentes : Miss Van, Fafie, Koralie ( & Supakitch) en tête.

S’ensuivit de très près, la découverte de Nadège Winter. Le terme de femme slasheuse à savoir multi-casquettes devenait mon inspiration. Ancienne directrice de com du Palais de Tokyo puis du concept-store Colette, dj pour s’amuser, créatrice avec des amis du Big Festival Biarritz (festival regroupant surf, mode, Dj les plus pointus), organisatrice du Brunch Bazar (événement organisé sur un week-end à Paris mélangeant mode, bouffe, musique, fête à faire entre potes ou famille) entre autre. Elle regroupait à elle seule, tout ce qui me touchait appuyé également d’un style cool et pointu et sensible à l’écologie. Je voulais moi-aussi avoir une vie à mille à l’heure, créer, gérer, proposer de l’évènement autour d’une façon de vivre libre, festive, créative, pointue et cool.

C’était aussi à ce moment la femme de Pedro Winter, producteur et créateur du label Ed Banger records. La frénésie de la musique électro dans laquelle je baignais et quelques femmes comme Clara 3000 ou Uffie (chanteuse). Un regard où des femmes se regroupent, s’amusent et créent des collectifs pluridisciplinaires comme (anciennement) Girls,Girls,Girls ( composé de Louise Ch-Ch-Chen, Betty Loop et Piu Piu), ou du label féminin Kill the Dj.

Je pourrais citer encore bien d’autres noms de femmes dans cette lignée pluridisciplinaire mais celles-ci ont été mon ouverture et une aspiration de vie.

Je ne leur ressemble pas dans le sens où je suis plutôt de celles qui rougissent d’une émotion non attendue et font dans la discrétion. Mais sous le nom de L’Effrontée6.10 s’explore et s’applique ce dynamisme.

2 Comments

  1. Marlene

    Peux ton avoir des photos de ces femmes?

    Répondre
    1. L’Effrontée

      Biensur Marlène 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *