Le Wabi-Sabi

Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �Wabi Sabi, ou comment laisser s’exprimer la nature dans nos intérieurs. Chanvre, bois, lin, pierre. Le Wabi Sabi nous invite à délaisser le superflu afin de se concentrer sur l’essentiel. C’est l’art de l’épuré. Les couleurs sont naturelles, neutres ;  les matières laissées à leur état brut, comme un évier taillé dans une pierre le matin même, un couvre lit tissé avec les récoltes de l’après-midi, ou quelques bols vieillis par le temps, ou simplement ébréchés à cause de la fragilité de la terre que l’on a moulé… Le Wabi Sabi est un art de vivre qui nous transporte vers la tranquillité, l’apaisement, qui nous aide à la concentration, à lutter contre le temps qui passe. Le Wabi Sabi est une ôde à la beauté naturelle, brute. Il nous amène à accepter les imperfections, à vivre avec elles, à nous contenter du nécessaire. Il est l’art  du véritable, loin des accumulations d’objets, de couleurs, ou de décorations. Synonyme du vide dans nos intérieurs, il n’en est que philosophie dans notre manière d’être. Modestie, humilité, acceptation de soi et des choses qui nous entourent. Les matières sont recyclées, faites pour durer, l’ambiance est au silence, empreinte à la méditation. Dans nos jardins, le Wabi Sabi c’est l’espace de la mauvaise herbe, des feuillages qu’on laisse s’entrelasser sauvagement, cette nature qu’on prend le temps d’admirer, de respirer… Le Wabi Sabi nous convie à la poésie, à l’odeur d’une pluie mélancolique, à la lumière d’un soleil, à l’histoire d’une vie authentique.  �


Par Anaïs Mateos

Photos des lieux :

Penthouse de Robert de Niro au Greenwich Hotel, New York, par Axel Vervoordt, décorateur flamand

Rough Luxe Hôtel, Londres, par Rabih Hage, architecte et designer

La Granja, Ibiza, par Armin Fischer, architecte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *