L’Edito #5

Ne te découvre pas d’un fil : crash test

N’y voyez pas qu’un simple dicton prononcé par notre grand-mère tout en nous remontant avec bienveillance notre fermeture éclair jusqu’au menton.

N’y voyez pas non plus l’annonce d’un futur tuto vestimentaire sur la dites pratique de l’oignon.

Si l’on dépasse le côté moralisateur et le point météo ; il se passe autre chose derrière cette expression familière.

J’ai une théorie sur le sujet :

Avec avril, nous sommes en pleine suspension avec des discours commençant par Si…

Un temps de flottement, pris entre passé et futur. Pressé(e)s de lâcher le gris pour se rendre vers un infini sans passer par l’horizon. Ça paraît chiant comme ça, mais la bonne nouvelle c’est que nous sommes en train de gravir la dernière pente. (printemps = transition = horizon)

Pour voir cet horizon, comprenons nos ambitions, ne te découvre pas d’un fil doit se détourner par la sortie de notre zone de confort. Vous me suivez ? C’est le moment d’aller voir au-delà de nos possibles limites, enlever certains obstacles, aprioris et qu’en dira-t-on. (Tous thèmes confondus). Il n’y a qu’à regarder autour de nous, c’est la meilleure période pour observer ces décalages et recherches (parfois douteuses), nous sommes en plein (crash)test .

Mais retenons ceci :

Oser se découvrir, sans stagner ni foncer est certainement le point clé pour faire ensuite de mai…ce que vous savez…


Lucile Pasquereau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *