L’art de savourer du fromage…

 

Vous aimez le fromage ?

Mais savez-vous le servir, le présenter, le déguster, ou encore le sublimer ?

L’Effrontée s’est penchée sur le sujet pour tenter de répondre à toutes ces questions !

Quand le servir ?

Le fromage est une étape indispensable lors d’un repas, ou presque. Il se sert juste avant le dessert afin de faire patienter les invités, et de prolonger le moment de partage entre convives. À cause de son odeur il ne doit être posé sur la table qu’au moment de la dégustation. L’étape du fromage peut être omise si l’entrée en était composée. En Angleterre le fromage se sert après le dessert.

Comment le présenter ?

Il doit être disposé sur un plateau, accompagné de son couteau dont le bout recourbé sert à piquer le morceau que l’on découpe. La règle d’un plateau de fromage réussi est d’être composé d’au moins 3 variétés :

– un fromage doux à pâte cuite ;

– un fromage fermenté ;

– un fromage de chèvre ou de brebis.

Les fromages ayant une saisonnalité, par rapport à l’affinage, et aux différentes habitudes, demandez conseil à votre fromager. Par exemple certain ne vous vendront ni fromage à raclette ou fondu en période estivale. Tout comme les bouquets de roses votre plateau devra être composé d’un nombre impair. C’est la règle. Si vous décidez de ne servir qu’un fromage entier préférez une roue de Brie ou un vacherin posé dans une boîte en bois avec une cuillère. Pour compléter votre plateau vous pouvez ajouter du beurre, quelques feuilles de vignes pour décorer et quelques grains de raisin. Selon le protocole  il n’est pas autorisé de manger son fromage avec du beurre mais c’est une règle qui tend à disparaître.

Comment le déguster ?

Une fois le plateau posé sur la table, de manière stable, afin de faciliter le service, vient le moment de se servir. Pour cela plusieurs règles sont de mises :

– vous ne devrez prendre du fromage qu’une seule fois, et de deux sortes seulement ;

– les fromages triangulaires se coupent en part de la même forme, selon une ligne oblique et à partir de la pointe ;

– les fromages ronds se coupent en quartiers comme on couperait une tarte ;

– les fromages carrés se coupent en languette à partir du centre.

Le couteau qui sert à tous les convives doit être délicatement raclé sur le bord de votre assiette avant de découper un nouveau fromage afin d’éviter les mélanges de saveurs. Quand vient le moment de le savourer, vous devez enlever la croûte à l’aide de votre couteau et d’un morceau de pain. Seuls les fromages avec une croûte garnie de fines herbes ou de poivre se dégustent entièrement. Une fois la croûte retirée vous devez faire de petits morceaux que vous poserez délicatement sur du pain, porté ensuite à votre bouche. Il ne faut surtout pas utiliser sa fourchette et ne pas étaler le fromage pour en faire une tartine.

Comment le sublimer ?

Les puristes vous diront avec rien. Mais le vin est son meilleur ami. À condition de bien le choisir. Pour des fromages de chèvre on choisira un vin de Sancerre. Tandis que le Comté par exemple se révèlera avec un Côte du Jura. Les fromages persillés se marieront avec un vin liquoreux et les fromages de brebis avec un vin blanc sec de jurançon. Enfin dernière règle, à part dans l’intimité on ne sert pas de salade avec le fromage !

La Sélection de L’Effrontée 6.10

                                                                                                                       

                                                                     

Anaïs Mateos & Lucile Pasquereau

Illustration : Lucile Pasquereau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *